Forum d'entraide spirituelle
 
AccueilPortail*CalendrierRechercherS'enregistrerConnexion
Paix et Amour pour vous avec Souffle d'Amour, bonne visite.

Partagez | 
 

 Almanach bouddhiste - Mardi1 : Méditer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Séléna

avatar

Sagittaire Dragon
Nombre de messages : 2264
Localisation : universelle
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Almanach bouddhiste - Mardi1 : Méditer   Mar 17 Nov - 10:17

MEDITER


Quelques minutes d’introspection sont plus efficaces que des heures de ressassement.

“C’est la manière dont nous voyons le problème qui constitue le problème… Chaque fois que nous pensons que le problème est là, extérieur à nous, cette pensée constitue le problème”[Cov89, p.89].

Si j’ai vraiment l’intention d’améliorer la situation, je peux agir sur la seule chose sur laquelle j’ai un contrôle : moi-même” [Cov89, p.90].

Ces trois principes :

les problèmes ne sont pas hors de ma portée ; ils ne viennent pas de l’extérieur mais de ma manière de voir le monde
je peux toujours améliorer ma situation en agissant sur moi-même
un problème est une occasion d’améliorer mon existence
ne peuvent être appliqués dans la vie de tous les jours qu’au prix d’une réflexion intense. Néanmoins, cette réflexion est accessible à tous, et elle est toujours efficace pour peu qu’elle soit brève, mais régulière, profonde, et volontariste.

brève : par exemple 10 minutes à 1/2 heure
mais régulière : par exemple une fois par jour
et profonde : en isolation dans une pièce silencieuse
et volontariste : avec l’intention et la conviction d’aboutir à un résultat.
Méditer, c’est dégager en soi de petites clairières de connaissance dans une immense jungle d’ignorance.
Le ressassement est l’habitude de tourner et retourner des heures durant dans sa tête une émotion pénible (angoisse, rancœur, colère) pendant qu’on se livre à d’autres activités. Il est souvent difficile de repousser la pensée pénible car on a l’impression qu’on va résoudre le problème en y pensant. Cette impression est fausse parce qu’on n’est pas concentré sur la résolution du problème mais seulement obsédé par son émotion négative. On peut parvenir à la dissiper en se disant : « Ce n’est pas le moment de penser à ça. Je vais y réfléchir profondément et calmement tout à l’heure ».

Si des entreprises se créent et que la notion de travail a un sens c’est bien parce que des problèmes apparaissent et qu’il faut les résoudre. Concevoir un emploi, c’est avant tout traiter un problème comme une opportunité de créer un service. Dans l’entreprise, le client n’existe que parce que c’est une personne avec un besoin, donc un problème, et qui arrive donc toujours avec un problème à soumettre. C’est ce qui donne un sens à l’entreprise (imaginons ce qu’il adviendrait d’une entreprise dont les employés diraient : “Oh, non ! Encore un client !”). Je peux décider d’adopter le même point de vue dans ma vie. Si un problème apparaît concernant mon conjoint, mon enfant, ou mon collègue, je peux y voir une occasion de se comprendre et de se rapprocher.
On peut refuser cette façon de voir les choses et passer son temps à essayer d’éviter les problèmes. Mais chassez-les par la porte, ils reviennent par la fenêtre. On n’échappe pas à un problème. Il existe. Et à un moment ou à un autre on l’affronte.
Je ne dis pas qu’il faut sauter sur les problèmes, mais ils sont inévitables et ils font le sens de la vie. La seule différence entre les plaisirs et les problèmes est que les plaisirs sont des problèmes qu’on a plaisir à résoudre et les problèmes sont des problèmes dont on n’a pas encore vu le plaisir qu’on pouvait avoir à les résoudre.
Mais d’un côté je dis qu’on ne peut pas échapper aux problèmes, et de l’autre qu’ils ne sont que les conséquences de notre manière de voir le monde. Eh bien, oui. Et les affronter, c’est précisément se donner l’occasion de changer en bien notre façon de voir le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Séléna

avatar

Sagittaire Dragon
Nombre de messages : 2264
Localisation : universelle
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: Almanach bouddhiste - Mardi1 : Méditer   Mar 17 Nov - 10:23

Une grande méditation pour moi aujourd'hui, car face à un très gros problème et je sais que je dois le résoudre, quelque chose à comprendre!
Revenir en haut Aller en bas
Séléna

avatar

Sagittaire Dragon
Nombre de messages : 2264
Localisation : universelle
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: Almanach bouddhiste - Mardi1 : Méditer   Mer 18 Nov - 11:27

Mercredi 1 - Tolérer les torts

"Les causes d’une “faute” sont nombreuses et compliquées, et dans la plupart des cas, elles m’échappent."

Voyons le chemin par où la faute a passé” (Les misérables, p.15)"

Donc quand ami ou ennemi
Agit rudement sois serein
Dis-toi que l’état qui le tient
Tels événements l’y ont mis”
(Shantideva, 8e siècle [DL94, p.62])



La plupart d’entre nous sont dominés par leurs attachements matériels et ceux-ci leur font faire beaucoup de choses absurdes. Ce n’est pas une raison pour moi de mépriser qui que ce soit, parce que je lutte continuellement avec ces attachements, et ensuite parce que les causes de ces attachements sont multiples et complexes, et qu’elles nous sont transmises par toutes les vies humaines qui nous ont précédées. Si c’était si facile, nous serions tous des sages ou des justes.
D’abord, la plupart des torts commis ne le sont pas en claire connaissance de leurs conséquences [MAR38]. Ensuite, tous les torts, petits et grands, trouvent leur origine dans le malheur humain et dans l’incapacité d’en sortir. Il n’y a pas de criminel, de voleur, ou tout simplement de personne en colère qui ne soit d’abord une personne malheureuse.
Enfin, la plupart des torts que je peux repérer chez d’autres personnes sont issus d’attitudes

1.que j’ai parfois aussi
2.ou dont je me suis débarrassé à grand-peine
3.ou dont j’ai été épargné par l’éducation que j’ai reçue
Est-ce que je peux alors accuser quelqu’un

1.de ne pas pouvoir corriger, ou maîtriser, ou éviter une manière de se comporter dont je suis familier ?
2.de pas avoir eu de “révélation”, c’est-à-dire de ne pas encore avoir compris ce que j’ai mis si longtemps à comprendre ?
3.de ne pas avoir reçu la même éducation que moi ? [MER39]
La plupart du temps, tout cela m’est clair et je ne suis pas affecté par les actes commis par d’autres personnes. Si je le suis, c’est surtout parce que le tort commis est associé à une forme d’envie. Par exemple, si ma colère va au voleur, c’est surtout parce que celui-ci prétend échapper aux contraintes auxquelles je me plie dans la vie. Si je suis capable de vivre ces contraintes sans en souffrir d’aucune manière, les actes du voleur ne m’affectent pas : la personne malheureuse est le voleur, pas moi.
Par ailleurs, tout le monde souffre des mêmes souffrances, et des mêmes traumatismes (naissance, douleur, maladie, décrépitude et mort). Les différences sont infimes par rapport à ce que nous partageons tous [VEN39].
C’est en ne réagissant pas au mal que je compense le mal, et non en tentant de le supprimer. Le mal ne peut être supprimé par la force. La personne qui commet un tort n’en sera jamais convaincue par l’usage de la force, et l’usage de la force ne fait qu’ajouter du mal au mal commis. En revanche, l’absence de réaction au mal et la suppression des branches auxquelles il s’accroche le laisse sans prise et amène qui le commet à considérer d’autres moyens d’obtenir satisfaction [LUN39].

Un voisin exaspéré par votre pratique du saxophone brise votre boîte aux lettres et déchire votre courrier. Imaginez trois ou quatre réactions possibles et formulez les conséquences de chacune d’entre elles. Soyez réaliste : allez jusqu’au bout de ces conséquences. Imaginez un moyen de pouvoir à coup sûr pratiquer votre saxophone tout en rétablissant en même temps de bonnes relations avec votre malheureux voisin.
Un assassinat. Quelles qu’elles soient, laissez de côté vos convictions personnelles et adoptez un point de vue orienté vers la recherche de vraies solutions. Pensez à la famille de la victime et à la famille du criminel. Pensez avant tout à améliorer la situation telle qu’elle est au moment où vous la prenez en main, et cherchez s’il n’est pas possible d’en tirer profit pour l’avenir. Considérez les options suivantes : peine de mort, perpétuité, condamnation à quelques années de prison, utilisation pour études sur la criminalité, assignation à un travail, liberté, autre
Revenir en haut Aller en bas
Souffle
Admin
avatar

Cancer Cheval
Nombre de messages : 2921
Localisation : Loire Atlantique mais aussi prés de vous
Date d'inscription : 11/09/2008

MessageSujet: Re: Almanach bouddhiste - Mardi1 : Méditer   Jeu 19 Nov - 10:41

séléna tu peux nous donner le lien stp , j'aimerais le lire chaque jour, gros bisousssss bonne journée je retourne me coucher
Revenir en haut Aller en bas
Séléna

avatar

Sagittaire Dragon
Nombre de messages : 2264
Localisation : universelle
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: Almanach bouddhiste - Mardi1 : Méditer   Jeu 19 Nov - 13:06

http://www.lalmanach.info/ le lien mais je mets sur ton forum une pensée de cet almanach chaque jour.

bisous
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Almanach bouddhiste - Mardi1 : Méditer   

Revenir en haut Aller en bas
 
Almanach bouddhiste - Mardi1 : Méditer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Souffle d'Amitié :: SOUFFLE DE LA SPIRITUALITE :: SPIRITUALITE :: Textes de Réflexion-
Sauter vers: